Donne moi tes mails, je te dirai où les trouver…

Donne moi tes mails, je te dirai où les trouver…

Avoir une base de données de mails, c’est souvent une richesse que l’on exploite pas suffisamment. Et quand on veut l’exploiter, le temps de mise en place d’un e-mailing et les actions pour voir ce que cela a vraiment donné décourage de nombreuses entreprises. Et celà  est sans compter sur la problématique de délivrabilité des e-mails. Seuls 15 % des e-mails envoyés ont une réaction (ouverture ou clic), ce qui signifie que 85 % des personnes dans les bases ne voient pas l’e-mail expédiés. Cela reste malgré tout un canal intéressant.

Toucher les internautes en connaissant leur mail… mais sans leur envoyer de mails !

A ces problématiques là, il est complètement possible de répondre en utilisant une solution d’audience personnalisée. En effet, transmettez à Cojecom, la liste de vos e-mails et par 2 canaux différents, nous retrouverons les porteurs de ces adresses.

Première possibilité, le social-média et en particulier Facebook qui avec ses 30 Millions d’adresses pourra retrouver les porteurs des e-mails que vous souhaitez viser.

Deuxième possibilité, nous intégrons votre base dans notre outil de matching et pouvons retrouver sur le réseau display (en bannières) ces personnes là et leur diffuser de la publicité. C’est un tracking first-party (comme du retargeting) sans que l’internaute ait pu visiter votre site. On sait qui il est et nous lui affichons une publicité.

Avec un tracking par un ad’serveur, nous pourrons alors vous donner l’efficacité de la campagne, et l’optimiser pour vous générer le meilleur ROI.

Avec l’envoi d’e-mails, le social média et le display, à coup sûr, vous ne perdrez aucun de vos contacts. Enfin, en mixant du retargeting COJETIME 3D, vous pourrez différenciez les ciblages et donc les messages auprès des visiteurs chauds prospects de votre site, les visiteurs déjà clients et les autres et ainsi gagner en performance.

Cojecom vous accompagne dans la mise en place de ces solutions. N’hésitez pas à nous contacter pour en parler…

Quelles sont les meilleures actions pour générer du trafic en point de vente ?

Quelles sont les meilleures actions pour générer du trafic en point de vente ?

 

 

Plusieurs possibilités sont envisagées pour inciter les internautes à se rendre en point de vente. Le phénomène du ROPO ou SOPO (Search Online, Purchase Offline) se développe. On considère que plus de 80 % des achats effectués en magasin ont préalablement été préparés en ligne. La présence sur internet est donc majeure. Outre le search (mots clés achetés) dont le volume dépendra du volume de requête de l’internaute et de la pression concurrentielle sur votre zone, nous aurons tendance à vous conseiller plusieurs axes :
1- Une stratégie mobile qui permet de géolocaliser l’internaute jusqu’à 5 mètres et ainsi cibler précisément les zone géographiques qui vous intéressent
2- Une stratégie display avec différentes zones mettant en avant plusieurs produits selon la zone. Privilégiez des produits à faible valeur ajoutée et très concurrentiels sur la zone de proximité. Sur la zone plus éloignée, mettez en avant  les produits à plus forte valeur ajoutée ou les services qui inciteront l’internaute à se déplacer jusqu’à votre point de vente.
3- Facebook offre des possibilités d’offres locales qui permettent d’être présent efficacement sur sa zone de chalandise
Le dernier conseil reste le même : A/B Testing ! En effet, pour toute campagne que vous lancez, effectuez plusieurs tests sur les cibles, les messages mais également les pages de destination. Cela vous permettra de réussir votre campagne sans nul doute !
Prochainement, nous vous expliquerons comment mesurer l’efficacité des campagnes online sur son point de vente…

 

Le display, ça marche vraiment ?

Le display, ça marche vraiment ?

Le display, c’est la solution qui pendant longtemps a été considéré comme le parent pauvre du web. Google et son moteur de recherche l absorbe près de 60 % du marché publicitaire !

C’est sans compter sur plusieurs éléments qui depuis quelques années ont repositionné le débat.

  • Des référents sur le web se sont installés. Posez vous toujours la question de savoir quelle requête rechercheriez-vous si vous aviez un impact sur votre pare-brise ? A cette question, nous vous voyons déjà sourire. De la même manière, là où pendant longtemps les requêtes pour l’achat de chaussures sur le web étaient liées aux chaussures en elles-mêmes, elles le sont désormais sur les acteurs majeurs que sont Zalando, Spartoo ou Sarenza. Cela a naturellement pour effet de diminuer les requêtes sur les mots clés dits larges pour maximiser les requêtes sur les marques.
  • Le display est un des seuls moyens pour pousser la visibilité de la marque. En effet, ne communiquer que sur le moteur de recherche ne permettra pas d’être offensif sur le marché. Vous ne pourrez pas forcer la visibilité de votre marque auprès des internautes qui n’ont pas effectué de recherche précise dans votre secteur. L’e-mailing n’étant pas ouvert par tous et les bases étant par essence limitées, il ne permettra pas de s’afficher auprès de tous.
  • La data, le renouveau du display. En fait, la véritable vertu du display, c’est la capacité de ciblage et de re-ciblage. Même si les taux de transformation sont encore plus faibles que le moteur de recherche, ils permettent de générer de la visibilité, de l’intéractivité avec la marque. Cibler avec le display, cela est désormais possible.  Ne toucher que les femmes, que les internautes intéressés par l’automobile ou les investisseurs, tout cela est possible.
  • Et si on reciblait ? 5, c’est le nombre de visites nécessaires pour qu’un internaute vienne transformer sur un site (acheter ou laisser ses coordonnées). Plus il reviendra, plus il aura de chance de devenir un futur client. Le reciblage publicitaire permet cela et génère de véritables conversions. Il peut être sur le site même ou sur le ou les produits que l’internaute a vu.

 

Le display au service de la banque

Le display au service de la banque

Internet bouleverse les comportements d’achat. Aujourd’hui un internaute français passe en moyenne 36 minutes par mois à consulter des sites de services bancaires et autres sites de banques en ligne. Sur cette même thématique, ils sont 15% à effectuer leurs recherches grâce à leur smartphone mais également 15% à partager du contenu sur les banques via les réseaux sociaux.

L’achat d’espaces publicitaires sur le web est devenu incontournable pour toucher la bonne cible au bon moment et sur les bons sites ! Le secteur Banque / Assurance ne s’y trompe pas, c’est le 2ème secteur à investir dans le RTB, avec 10,64% d’investissements selon Kantar Media.
Entre 2014 et 2018, le taux de croissance moyen des achats en RTB sera de +27%, pour atteindre le volume de 53 milliards de dollars en 2018. Dans un secteur aussi concurrentiel que le secteur bancaire, l’achat en RTB s’est rapidement imposé comme une solution d’acquisition permettant de maîtriser efficacement son retour sur investissement.

Le display offre une visibilité percutante tout en maîtrisant son cadre de diffusion. Ainsi les banques ont la possibilité de cibler des internautes précis sur des sites en particulier ou des thématiques précises. Soucieuses de leur image, elles ont également la possibilité de black-lister les sites indésirables.
L’impact des campagnes est également déterminé par l’usage stratégique des nouveaux formats (habillages, interstitiels, mini sites ) mais aussi par l’expérience client proposée avec la vidéo qui favorise l’interactivité, et donc renforce le lien avec la cible.

Aujourd’hui le plus important, c’est de définir clairement les objectifs de la campagne : visibilité, clics, conversions, génération de contacts, prise de rendez-vous A chaque objectif son modèle de campagne et son indicateur de performance !